Biscotte

19 avril 2016

Biscotte01

 

Aujourd’hui, et je m’en excuse par avance, mon article sera long et triste, mais je tenais à le rédiger.

Si vous me suivez depuis mes débuts sur la blogosphère culinaire, ou bien sur Facebook et Instagram, vous n’êtes pas sans savoir que je partageais ma vie avec un petit lapin depuis 2010. Il était ma petite mascotte et figurait même en photo dans certains articles et sur la bannière de mon ancien blog :

Bannière Blog2

 

Oui mais voilà. Biscotte nous a quittés brutalement le mardi 12 avril 2016, emporté par une maladie dont l’origine nous est inconnue mais qui a été fulgurante.

Dimanche soir, il refusait de manger. J’ai passé la nuit avec lui à le faire boire, à essayer de lui faire manger du foin et ses légumes préférés. Il y a à peine touché… Alors j’ai appelé les urgences vétérinaires et je l’ai déposé lundi matin à la clinique car il était tout patraque. On m’a annoncé un problème au foie, on m’a dit qu’il faudrait le garder en observation au moins trois jours pour le réhydrater, lui donner des antidouleur, le gaver (rien à voir avec un acte de torture, il s’agit juste de lui donner à la seringue une poudre réhydratée contenant tout ce dont son corps a besoin, car le transit d’un lapinou ne doit JAMAIS cesser de fonctionner).

En rentrant chez moi toute seule, j’ai pleuré sur tout le trajet et failli avoir trois accidents.

Lundi soir, mais aussi mardi matin à 10h, après une journée passée chez le vétérinaire, les nouvelles étaient très rassurantes : Biscotte avait bien remangé, le check up était bon.

Une heure plus tard on nous annonçait son décès.

Et là, tout s’est effondré.

Lorsque mon chéri m’a appelée, je venais de me garer pour aller acheter ses légumes, pensant lui rendre visite le soir-même. Je ne sais même plus ce qui s’est passé ensuite, et comment j’ai pu tenir jusqu’à ce qu’il vienne me récupérer 10 minutes plus tard. J’étais anéantie. Je sais juste que mes premières pensées ont été que je n’ai pas pu lui dire au revoir, le serrer une dernière fois dans mes bras. Qu’il était mort tout seul. Que le lundi en le laissant, je n’avais pas osé le prendre dans mes bras, sachant qu’il souffrait, et ayant peur de lui faire mal.

Nous sommes allés à la clinique pour effectuer toutes les formalités… mais aussi pour le revoir. Je vous passe les détails.

Depuis 2010, cette petite personne m’accompagnait dans les bons comme les mauvais moments. C’était du bonheur concentré dans une boule de poils de 1,5kg. Il laisse un vide immense et aujourd’hui, je me demande encore comment je pourrai le combler. Il avait une personnalité hors du commun :)

Dès que nous sommes rentrés chez nous, j’ai eu besoin de ranger toutes ses affaires. Les avoir sous les yeux m’était tout bonnement insupportable. Puis en relisant la convention d’incinération, j’ai vu qu’on pouvait y assister, et cela, la clinique ne nous l’avait pas dit. S’ajoute donc la douleur de devoir rappeler le centre où aura lieu l’incinération, prendre rendez-vous, se faire à moitié envoyer chier car on a « changé d’avis »… alors que le but est simplement d’offrir des funérailles décentes à une petite chose qui nous a rendu notre amour au centuple.

Les jours suivants, entre deux sorties pour me changer les idées, j’ai passé mon temps à regarder des photos de lui, comme si j’allais l’oublier… Et j’étais à la fois hantée par le fait que son incinération n’aurait lieu que le 18 avril, et qu’en attendant il serait stocké dans un congélateur (désolée pour les détails mais c’est la triste réalité), alors je faisais tout mon possible pour ne plus y penser.

Avec mon chéri, nous avons passé du temps à tout organiser pour qu’il puisse partir de la meilleure façon possible, avec des fleurs, des photos, son jouet préféré. Son incinération a été pour nous le moment le plus difficile de tous, même si chaque jour depuis son décès est une épreuve et que je pleure toutes les larmes de mon corps.

Il y a une sensation qui après tout ce temps ne me quitte pas, celle d’une profonde injustice. Biscotte a toujours été en très bonne santé, nourri avec les meilleurs granulés, du foin à volonté, et des légumes frais tous les jours. Il avait un petit chalet en duplex, toujours ouvert, de l’espace pour gambader. Il était câliné plus que de raison, et venait d’ailleurs nous réclamer son massage tous les soirs en nous grattant les pieds. Nous lui avons offert les meilleures conditions de vie possibles, et pourtant, on nous l’a arraché alors qu’il avait à peine vécu la moitié de sa vie.

J’ai passé une nuit entière à ses côtés à effectuer les soins nécessaires, mais cela n’a servi à rien. Je sais que je lui ai offert une belle vie, mais cela ne me console pas pour autant. Je me projetais régulièrement, je le voyais déjà sautiller dans notre futur jardin avec nos mini-nous.

Lorsque j’ai créé mon blog en 2010, il venait d’entrer dans ma vie. Aujourd’hui, je sais que poursuivre la publication de recettes ici sera très difficile. Ces deux composantes de ma vie sont intimement liées. Il faudra donc que j’apprenne à gérer l’une tout en essayant de surmonter l’absence de l’autre.

 

Pourquoi est-ce que j’ai décidé de vous raconter tout cela?

Premièrement, parce que le départ d’un animal de compagnie est un véritable traumatisme, que nous devons apprendre à gérer chacun à notre façon. Pour ma part, j’ai énormément de mal à fonctionner normalement depuis une semaine : il me manque une partie de moi. Je n’ai pas pour habitude de raconter ma vie sur le blog, pas dans les détails tout du moins, mais là, c’était le moins que je puisse faire pour lui. Pour qu’il ne disparaisse pas sans savoir à quel point il a été aimé, et que j’ai tout fait pour lui, même si j’aurai toujours la sensation de ne pas avoir donné assez. Certains trouveront que cet article est idiot et que je suis trop sensible : je n’en ai rien à faire, et je ne vous ai pas obligés à me lire.

Deuxièmement, pour alerter tous ceux qui possèdent un lapin de compagnie. Les lapinous sont des êtres extrêmement fragiles, même s’ils font preuve de courage et sont très coriaces. Chérissez-les chaque jour le plus que vous pouvez. Soyez extrêmement attentifs au moindre signe de faiblesse. N’attendez JAMAIS pour aller consulter un vétérinaire si vous voyez que vous êtes limités dans vos soins.

Troisièmement, pour balancer une grande claque virtuelle à tous ces gens qui achètent un lapin à leur enfant en animalerie, pour céder à un caprice. Un lapin n’est PAS un jouet ou une peluche. Je n’ai jamais supporté de voir des gamins hystériques repartir en hurlant avec un lapin dans une minuscule boîte en carton. Et je crois que cela m’énervera encore plus dorénavant. On marche sur la tête. Un lapin, comme tout autre animal d’ailleurs, doit être traité comme un trésor. RENSEIGNEZ-VOUS avant de prendre une peluche que vous laisserez dans une cage et que vous donnerez/vendrez/abandonnerez lorsque votre gosse en aura assez. En animalerie, personne ne vous renseignera correctement… Et d’ailleurs rares sont les gens qui prennent la peine de demander autre chose que : « C’est un mâle ou une femelle? »… Même en lui offrant ce que nous avions de meilleur, mon Biscotte est parti trop tôt. Alors allez lire le site La dure vie du lapin urbain dans son intégralité, et apprenez ce dont un lapin a besoin, avant de faire une bêtise qui gâchera une vie, merci.

 

Mon Biscotte, tu étais unique. Tu étais important. Tu étais précieux. Tu avais un vrai petit caractère de cochon (telle maîtresse, tel lapin). Tu auras toujours ta place ici et chez nous. Et d’ailleurs je vais même ajouter des photos de toi pour montrer à nos lecteurs toutes les facettes de ta personnalité.

Voici donc une sélection des plus belles photos de mon petit lapin clown, joueur, gourmand, grincheux, tout fluffy, et très bon comédien lorsqu’il voulait des câlins et me faisait sa « bouille à bisous ». :)

 

Biscotte02 Biscotte03 Biscotte04 Biscotte05 Biscotte06 Biscotte07 Biscotte08

 

Vous avez apprécié cet article? N’hésitez pas à le partager :

39 commentaires sur “Biscotte”
  1. Le Viking

    Mon petit Biscotto,

    Je ne t’ai connu que 3 ans, 3 belles années durant lesquelles tu m’as apporté tant de joie, tellement de rires et de sourires.

    Tu ne viendras plus exiger tes câlins quand je m’assiérai sur le canapé, nous n’aurons plus ces moments privilégiés le matin où tu faisais le lapinou foufou, bondissant, courant et mordillant nos pieds. Tu laisses un vide que rien ne peut combler car tu étais unique, et important.

    Je n’ai pas de mots pour décrire ma peine, et à quel point tu me manques.
    Tu as été une formidable petite personne, et je suis heureux d’avoir croisé ta route.

    Je ne doute pas que depuis là-haut tu veilles sur nous, que tu aies déjà tout marqué à ton odeur en frottant ton petit menton, et que tu y fasses régner ta loi.

    Ton papa qui t’aime,

    Le Viking

  2. Baigneaux

    Je suis de tout coeur avec vous.. je comprends votre peine, ayant moi même perdu 2 chiens en 8 mois . Mon cachou de 16 ans et patouf 8 ans. Ainsi que 3 lapins nains et 1 chat.
    Nous choyons nos animaux chaque jour, ils nous accompagnent, nous font rire, et nous donne tout leur amour.
    Avec le temps, votre peine s’atténuera, pensez toujours au moments de joies que vous lui avez donné, il était heureux près de vous, c’est cela le plus important.
    Il est au paradis des animaux, en paix.
    Et peut-être qu’un jour, de là-haut, il verra un petit lapinou près de vous, et il pensera
    « Tu auras autant de bonheur que moi j’ai eu, » et de vous dire »c’est bien que tu en as pris un nouveau!
    La vie continue..une personne aimant les animaux comme vous, ne peux que en choyer.
    Aujourd’hui, j’ai une petite jaya, qui m’apporte tout son amour, pleins de rires, de ballades ..et nous sommes heureux.et mes 2 autres, au paradis des toutous doivent être heureux de nous voir!

    • Désolée pour vos petites boules de poils :(
      La vie continue, c’est sûr, pour l’instant, sans lui, la mienne est nettement moins rose …

  3. De tout coeur avec toi …. magnifique article …

  4. Jaquine

    Je suis tellement triste pour toi ! J’ai connu le même chagrin avec notre petit lapin Tequila, parti très vite sans que le véto puisse faire quoi que ce soit ! Les larmes et les nuits sans dormir … Je pense très fort à toi !

    • C’est extrêmement dur de se sentir impuissant :(
      Désolée pour ton petit Tequila, Biscotte lui tiendra compagnie désormais <3

  5. Biscotte pour toujours dans nos coeurs <3 et maintenant sur la blogosphère!

    Sacrée "petite personne" (je dis pareil…) à poils tout doux. Tu vas manquer au monde…

  6. Je suis très touchée par ton article, d’autant plus que j’avais il y a quelques années aussi une petite lapine biscotte, qui m’a quittée aussi de façon dramatique… Bon courage!

    • Merci beaucoup, et désolée pour ta petite Biscotte… Plein de bisous

  7. C’est un très bel hommage à ce petit bout de fesses que tu as écrit. J’ai été très émue. La douleur et le vide que laisse nos petites boules de poil est horrible. C’est une cicatrice que seul le temps peut guérir. J’ai énormément pensé à vous ces derniers jours, malgré les différents qu’on a pu avoir. Je vous envoie à tous les deux pleins de douces pensées pour les moments à venir.

  8. Sam

    Cette article est très émouvant et rempli de respect pour la vie.

    Une GROSSE pensée pour Biscotte qui ne sera jamais très loin…

    • Merci Sam! Tu l’as bien vu, c’était notre petit bébé. Dur dur de continuer sans lui… Bisous

  9. Un joli lapinou qui est parti rejoindre le paradis des animaux. Faut te dire que tu, vous, lui avez donné de l’amour, de la tendresse, de l’affection et ça c’est important. On n’oublie jamais un animal, mais il ne faut garder que les bons souvenirs. Les mauvais comme sa disparition vont s’atténuer au fil des mois, voire années, mais jamais ne s’effaceront, il restera toujours dans ton coeur ce petit être plein de poils. J’en ai gardé un 10 ans et mon mari me le mettait dans le lit le dimanche matin, trop chou. Il jouait avec mon colley, un véritable amour. Il est parti comme le tien du jour au lendemain. Le véto n’a rien pu faire, mais j’ai su longtemps après qu’un lapin est hyper dur à soigner car on ne décèle pas la maladie et il n’y a pas de traitement bien souvent.
    Je ne voulais plus de lapin et mes collègues m’en ont offert un angora. Il n’a vécu que 3 ans. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps. Je me suis jurée de ne plus en avoir car trop fragiles ces petites bêtes.
    J’ai eu des chats, chiens… Ils sont incinérés et reposent dans mon bureau avec des fleurs et des coquillages. Sur mon blog je partage mes joies et mes peines animales. Je viens d’avoir des petites poules nègre soie, on dirait des peluches. Je ne saurais me passer d’animaux.
    Alors je vais te donner un conseil : accroche toi tu n’as rien à te reprocher et ton lapinou a été heureux, tu as sur lui donner quelques années de bonheur c’est le principal. Il t’aura rendu heureuse aussi, alors continue ton chemin et conserve le dans ton coeur. Bon courage, une bises

    • Merci pour ton petit mot. J’espère qu’avec le temps les mauvais souvenirs disparaîtront. Et surtout que j’arriverai à ne plus rien me reprocher en effet… mais on les aime tellement qu’il est difficile d’admettre qu’on a fait tout ce qu’on a pu. Le vétérinaire lui-même ne comprend pas pourquoi son état s’est dégradé si rapidement, il n’a même pas eu le temps de nous prévenir.
      On s’accroche, on espère que ça va passer. N’empêche qu’il me manquera toujours…
      Plein de bisous (trop mignonnes tes poules, en effet! :D)

  10. C’est un très bel hommage que tu lui fais là, il ne sera jamais loin de toi <3

  11. Merci pour ce bel article!
    Je suis de tout coeur avec vous..
    Perdre un animal de compagnie, c’est insoutenable et tu as bien raison d’envoyer « chier » ceux ou celles qui ne comprennent pas cela :)
    Bon courage à vous deux

    Bises

  12. lutinou

    C’est un très bel article à la hauteur de tes sentiments et de la place qu’il a dans ta vie…j’imagine comme tu dois être triste et ressentir une vraie injustice…..j’espère que le temps,les souvenirs de lui apaiseront ton chagrin. Je t’envoie plein de force et de courage pour remonter cette pente difficile….gros bisous ma belle

    • Et oui, j’ai vraiment été secouée par la rapidité de son départ… 2016 n’est pas tendre avec moi… Gros bisous

  13. Elisa

    Je suis très émue à la lecture de ton article. Je suis aussi déjà passée par ces douloureuses périodes après la perte de mes chats avec lesquels j’ai grandi. Ils faisaient parti de la famille.. et maintenant j’ai « mon » lapin dans mon chez moi, qui en plus a un air de ton petit Biscotte. Et je ne veux même pas imaginer le jour où…
    C’est mon bébé à moi et il fait partie intégrante de ma vie. Je te comprends tellement et je sais à quel point cela peut être dur. Il ne sera jamais remplacé c’est sûr, mais il sera toujours auprès de toi c’est certain.
    Courage
    Elisa

    • N’essaye pas d’imaginer, ce sera bien assez dur d’y être confrontée quand cela arrivera… Je te souhaite que ce moment ne se produise que dans très très très longtemps! On aimerait qu’ils soient immortels ces petits bouts de chou… Merci pour ton petit mot, bisous

  14. J’ai pleuré du début à la fin de ton article. Je ne rajouterai pas tout le bien que je pense de ta relation avec les animaux car tout le monde l’a déjà dit, ici et sur Instagram.
    Je souhaiterai simplement te remercier de partager cela avec nous afin de nous rappeler que rien n’est éternel, hormis l’amour et les souvenirs.

    J’ai grandi avec 2 chats, dont 1 qui est parti brutalement à 9 ans, et l’autre sereinement à 18 ans. Que cela fasse quelques mois ou quelques années ou une « éternité » la perte d’un animal est toujours difficile.

    Quand j’ai appris le décès de mon chat de 18 ans dont j’habitais loin (je l’avais laissé chez ma mère en Alsace), j’ai passé ma journée au boulot à pleurer. Mes collègues me regardaient l’air hagard ne comprenant pas mon chagrin…

    Bref mon commentaire n’a vraiment ni queue ni tête mais merci de te livrer, de partager cela avec nous, de nous rappeler que nous devons profiter de chaque moment, et de remettre les points sur les « i » sur le fait d’adopter un loulou…

    Biscotte <3

    • Oh non le pleure pas <3
      Il y a malheureusement beaucoup de gens qui ne comprennent pas ce chagrin... Pour nous c'est comme si nous avions perdu un membre de la famille... Cela fait "seulement" 3 ans que mon chéri connaît Biscotte, "seulement" 3 ans que nous sommes ensemble et vivons ensemble, et pourtant il a été aussi dévasté que moi... Et aujourd'hui on se sent comme amputés et on doit réapprendre à vivre dans un nouvel environnement que nous trouvons désespérément vide :(
      C'est un vrai deuil.
      Je ne te dirai pas de profiter autant que tu peux de tes minous et de les câliner le plus possible car je sais que tu le fais déjà, et que comme moi tu leur offres ce qu'il y a de meilleur :)
      Bisous et encore merci <3

  15. La perte d’un animal est une perte considérable.C’est notre ami, notre confident, un membre à part entière de notre foyer. Mon chien est parti voila 2 ans. Au début, je ne rentrais chez moi qu’en fin de journée (famille oblige), sa présence me manquait trop. Alors, je me suis mise à lui écrire et cela m’a aidé. Bon courage à vous.

    • Merci beaucoup. Il est vrai que ça fait du bien d’écrire, ne serait-ce que pour tout évacuer car il n’est jamais bon de refouler ses sentiments :)
      Bon courage à vous aussi, bises

  16. Courage, tout simplement ♥

  17. Deby

    Je compatis sincèrement à votre douleur, j’ai moi même perdu il a y 2 ans, Ulis, mon chihuahua qui allait fêter ses 10 ans, il avait des problèmes cardiaques, il allait bien avec son traitement, mais du jour au lendemain son état a empiré, je l’ai laissé chez le vétérinaire, espérant le retrouver le soir même, mais il est décédé d’un arrêt cardiaque, je n’étais pas là quand il est parti, ça a été terrible, j’étais désespérée, mais heureusement bien entourée. Comme toi je l’ai fais incinéré, et j’ai assisté à la « cérémonie » pour être avec lui jusqu’au bout. Je vous souhaite beaucoup de courage.

    • Merci beaucoup. Dur de ne pas se sentir coupable lorsqu’on a l’impression de l’avoir « abandonné »… Mais on n’imagine jamais en laissant son animal entre de bonnes mains, qu’il peut partir aussi rapidement… Désolée pour votre petit chou <3

  18. Oh Biscotte :( malheureusement les lapins sont très fragiles effectivement et ça arrive assez souvent qu’ils partent sans raison décelée… Je m’étais renseignée et avais renoncé à en prendre un en voyant à quel point c’est un animal fragile, je savais que je ne pourrais pas m’en occuper correctement.
    Mais la 3e photo m’a malgré tout fait beaucoup rire, il fait une vraie tête de cochon dessus !
    Courage !

    • Ahahah je l’adore aussi cette photo, c’est sa tête qui veut dire « J’espère que tu as une bonne raison pour me réveiller de ma sieste! » :)

  19. Un lapin et des humains si heureux :) C’est sûr qu’il était choyé comme un trésor et que rien ne saura consoler votre cœur. Je vous fais plein de bisous à tous les deux, car je sais que le deuil d’un compagnon est une épreuve bien difficile.

    • Merci merci :)
      Cela fera deux semaines demain, et il me manque toujours autant… :(

Laisser un commentaire